Exercice pour réussir le « lâcher-prise »

L’automne est la saison du retour aux sources et à l’intériorisation.  L’homme est amené à se recentrer sur lui-même et se détacher du superflu. Ainsi, il est bon à cette période de pratiquer le lâcher-prise. Voici un petit exercice très simple pour y parvenir !

Le lâcher-prise, ça vous parle ? en théorie oui mais en pratique c’est autre chose. Nous avons donc cherché quelques explications et elles nous sont apparues dans le livre de Christophe André « Et n’oublie pas d’être heureux« *.
En voici l’extrait :  » Le lâcher-prise, c’est une attitude précieuse mais plus complexe qu’il n’y parait. Le lâcher-prise nous est utile à chaque fois que nous sommes en échec et que nous sentons monter la détresse à cause de cet échec. Il ne consiste pas seulement à renoncer ou à se reposer, mais à mobiliser un ensemble de stratégie. »

lacherpriseExercice de lâcher-prise en 4 étapes

  1. Décider de cesser l’effort tel que nous le conduisons, s’arrêter de forcer car cela ne changera rien
  2. Accepter que ça ne se passe pas, que la voie est bouchée, soit parce que ce n’est pas la bonne voie, soit parce que ce n’est pas le bon moment, soit parce que ce n’est pas la bonne manière
  3. Observer la montée des états d’âmes négatifs (déception, colère, abattement, humiliation), se dire que c’est normal mais pas souhaitable
  4. Se désengager de la tâche ou de la situation, en sortir, s’accorder une bouffée de vie en revenant au présent, se dire qu’on y reviendra plus tard ou jamais

L’auteur écrit que la 5eme étape consiste à décapsuler une bière, en précisant que c’est de l’humour et que c’est facultatif mais sur le fond nous sommes d’accord : faites vous plaisir, mangez du chocolat, faites du shopping, un tour de parc en à vélo ou dormez comme ce petit bouddha !

Christophe André conseille également de s’entrainer à de petits lâcher-prise pour démarrer, par exemple avec les clefs perdues, une idée qui ne vient pas face à une lettre à rédiger, un interlocuteur qui ergote sur un sujet mineur, etc…
Il faut alors essayer et observer si « lâcher l’affaire » au moins quelques minutes, donne sur nos émotions et sur la situation quelque chose d’intéressant.

* »Et n’oublie pas d’être heureux » – Christophe André aux éditions Odile Jacob.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *