L’Ayurveda, la science d’une vie épanouie

Véronique de la Cochetière est une sage-femme particulière : elle a fait le choix de se spécialiser dans les sciences indiennes de la vie. L’Ayurveda, le yoga, le Tantra du Cachemire, et l’enseignement de ses maîtres Kyran Vyas et Daniel Odier, l’ont mise sur des rails. A travers son parcours, elle nous parle de slow life, d’unicité et d’expression de soi.

Étendez les bras, tournez sur 360° et prenez tout le Cosmos.
C’est ça l’Ayurveda : humilité, respect et gratitude.

.

Cinq énergies et trois types de personnalités

Dans l’Ayurveda, il est primordial de comprendre les cinq énergies de base : la terre, l’air, l’eau, le cosmos (éther) et le feu. Parallèlement, chaque individu a une personnalité dominante parmi les trois forces en présence (les doshas).

♥  Les personnes « Vatta » (air) sont vives, créatrices, mais aussi fluctuantes et sèches comme le vent.
♥  Les personnes « Pitta » (feu) sont dans l’action, le droit, la puissance, et passent par la colère et l’énergie du pouvoir.
♥  Les « Kapha » sont des terriens, gourmands et ancrés, parfois tellement ancrés qu’ils ont du mal à bouger.

.

Être Ayurveda, c’est quoi?

patheos.com« Être Ayurveda » c’est une hygiène de vie : savoir se nourrir des cinq énergies pour équilibrer notre personnalité. Lorsque l’équilibre est rompu survient la maladie. Harmoniser ces énergies au quotidien c’est avant tout bien respirer, bien manger, bien bouger et bien dormir. C’est aussi trouver l’équilibre entre « moi », la Terre, le Cosmos et les autres. Chaque personne est un monde.

Être Ayurveda, c’est se révéler caméléon…
Nous ne sommes plus aujourd’hui dans un monde de dogmes. Nous (ré)apprenons à être en pleine conscience avec le corps, l’âme et l’esprit. Pour harmoniser sa personnalité, chacun doit savoir se respecter. L’Ayurveda demande humilité (avoir le cœur léger et savoir pardonner) et gratitude (remercier aujourd’hui).

… et aussi apprendre à être en paix avec tout
La colère, l’inquiétude et la rancœur ne servent qu’à nous rendre malades. Donc elles ne servent à rien. Le monde bouge, il est en évolution et n’a aucune rancœur. « Rien n’est grave », sourit Véronique. La vraie hygiène de vie, c’est se nourrir de l’Amour universel.

L’enseignement ayurvédique est très structurant et permet de rester en harmonie avec l’endroit où l’on est. Il demande d’être en écologie intérieure pour cultiver son jardin et laisser aller le superflu. C’est en créant de belles plantes que l’on peut bien donner. Et pour bien donner, il est important de bien apprendre.

Soyez simples : allez vous baigner dans la mer et « soyez » l’eau, vous promener dans la forêt et embrasser un arbre, flâner au marché et vous baisser vers le moindre fruit que vous ne connaissez pas pour le respirer. Soyez le fruit, soyez la framboise et réveillez vos sens.

.

Être yoga, c’est quoi ?

yoga.com« Être yoga » (et pas seulement faire du yoga), c’est savoir spontanément ce dont on a besoin et vivre dans la gratitude. Le yoga de l’alimentation passe par le choix d’aliments qui nous appellent par l’amour de la cuisine et des couleurs. Chez les indiens, les épices sont l’équivalent de la pharmacopée chinoise.

L’art du toucher et de respirer est également primordial. Il s’agit d’aimer à travers le corps et les nagui (puits d’énergie) qui constituent notre plus grand organe : la peau. Alors qu’ils sont soumis à rude épreuve par le stress et la pollution, la relaxation, la méditation et les massages sont autant de bonnes pratiques pour les garder ouverts. Cela requiert la passion de la vie, demande d’être créatif et honnête avec soi-même. Comme s’il s’agissait d’être un enfant dans un corps d’adulte et un élève perpétuel de la vie.

Par l’inspiration et l’expiration, on élimine le superflu pour déposer, épurer au quotidien et pouvoir tout recommencer.

Enfin, la pratique du Tantra du Cachemire apporte la beauté d’aimer et le pouvoir de la passion. « J’épure au quotidien pour avoir l’énergie de combattre et devenir artistique et créative », nous explique Véronique.

Pour conclure, notre experte nous donne un conseil primordial : « Donnez-vous le temps et la grâce de vivre toutes les émotions car tout est important, même ce qui est difficile. Le yoga des émotions permet de plonger là où ça fait mal et de labourer notre terre noire. Lorsqu’on en ressort, on sait d’où l’on vient et on est capable d’aller jusqu’au bout. »

.

Une expérience au service de la vie et de la paix

Après le tremblement de terre qui a ébranlé le Népal en avril 2015, Véronique de la Cochetière s’est précipitée à Katmandou pour offrir son aide à la population. « J’ai dû trouver l’équilibre entre une façon d’être très occidentale qui se situe dans la toute puissance du mental, et l’art de vivre local, bouddhiste et hindouiste plus porté vers l’acceptation de ce qui est ».
Elle confesse qu’avant de trouver sa voie, ses proches semblaient avoir peur de sa puissance et sa lumière intérieures. « Je suis passée par une phase où j’ai éteint cette lumière, puis j’ai cherché des réponses dans les dogmes. Aujourd’hui on me dit que je suis belle parce que je suis fluide. »
Après avoir assimilé et fait le tri, elle se sent en vérité. Cela lui a pris neuf ans. « On ne peut retransmettre les choses essentielles qui guérissent que si on les a comprises soi-même, et donc vécues et expérimentées ».

veroniqueVéronique de la Cochetière
www.masage-femmeparis16.fr

Sources photos : www.ayurvedayogasadhana.org, www.patheos.com, www.yoga.com

One thought on “L’Ayurveda, la science d’une vie épanouie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *