Les cures de printemps

Le printemps arrive avec ses fleurs et sa douceur. C’est la saison de l’éclosion, de la croissance, du renouveau et il est bon que ce le soit aussi pour notre corps.

Les cures de printemps sont des pratiques ancestrales simples et efficaces pour nettoyer le sang, purifier le corps, éliminer les toxines de l’hiver, et renforcer notre organisme pour faire face au déluge d’agressions de tout ordre. Le printemps, c’est également la saison de l’énergie du Foie et de la Vésicule biliaire en Médecine Traditionnelle Chinoise. C’est donc le moment opportun pour travailler sur cet organe vital et précieux qu’est notre foie.

Certains organes ont en effet pour fonction de chasser les toxines, on les appelle les émonctoires (foie, reins, intestins, peau et poumons). Avec le temps, ils s’encrassent et réalisent moins bien leur fonction de nettoyage. Les toxines s’accumulent et les problèmes apparaissent (peau, migraines, encombrement des voies respiratoires, manque d’énergie, tendance à tomber malade plus facilement…).

.

La méthode douce : le drainage

Adapté aux personnes n’ayant pas un niveau de vitalité suffisant pour supporter une détox plus forte, le drainage est un nettoyage doux des émonctoires. A moins d’extrême faiblesse ou carence, on peut les pratiquer régulièrement avec :

  • Une alimentation hypotoxique, privilégiant au printemps certains aliments : artichaut, chou, carotte, céleri, poireau, chicorée sauvage, ortie, radis noir, tous les légumes racines, verts et orangés.
  • Une bonne mastication : ce qu’on avale doit avoir la consistance d’une bouillie liquide pour une digestion optimale.
  • Une bonne hydratation avec de l’eau peu minéralisée (qui ne fatigue pas les reins) et des tisanes drainantes pour le foie.
  • Une cure de jus de bouleau (reminéralisant et efficace contre la rétention d’eau) à faire pendant 3 semaines.
  • Une activité physique douce (marche, vélo…) et régulière pour favoriser le nettoyage intérieur et aider à combattre la constipation, potentielle source d’auto intoxication.

.

 Nettoyage plus profond : la détox

La cure de détox est un nettoyage en profondeur, on l’utilisera en cas de forte intoxication. Elle nécessite d’avoir un bon niveau d’énergie et de ne pas avoir de carences. Elle doit donc être suivie et mise en place avec l’accompagnement d’un naturopathe en fonction de votre constitution, tempérament et niveau de vitalité. Au-delà d’une alimentation saine et de la mise en place d’une activité sportive vous correspondant, les soutiens complémentaires qui seront envisagés sont :

  • La phytothérapie avec l’aide des plantes drainantes et régénérantes pour le foie et la vésicule biliaire: chardon marie, boldo, radis noir, desmodium, chélidoine, artichaut, romarin, chicoré…
  • L’aromathérapie : huiles essentielles de romarin à verbenon (attention aux contre-indications), hydrolats de romarin verbenon, carotte, immortelle, menthe poivrée.
  • Les massages (californien, ayurvédique,…) et les méthodes de relaxation adaptées (sophrologie…) pour permettre au corps une détente et donc une détox optimale.

.

Méthodes plus radicales

Veuillez consulter votre naturopathe pour leurs descriptions et applications.

Ces cures procurent un nettoyage profond, mais nécessitent de ne pas être carencé et d’avoir un niveau d’énergie suffisant pour ne pas mettre sa santé en danger. Il s’agit de provoquer l’autolyse, phénomène où le corps brûle et élimine les substances toxiques.

  • Le jeûne est la plus connue, mais la plus délicate. Attention : il ne s’adresse pas à tous, mal mené, un jeûne peut sensiblement vous affaiblir, voire vous mettre en danger. Bien menée, c’est une source de renouveau incroyable. Le jeûne doit s’effectuer avec accompagnement et dans des conditions particulières pour être efficace et sans danger.
  • La mono-diète, plus facile. On mange à volonté le même aliment pendant quelques jours à 3 semaines. On choisit un aliment sain, par exemple, le riz, le quinoa, la pomme, la banane, ou le raisin, à définir avec votre naturopathe. A noter aussi les cures de jus de légumes (dont la fameuse cure Breuss) sont de bonnes cures à mi-chemin entre la mono-diète et le jeûne, puisqu’il n’y a aucun aliment solide qui fatigue le système digestif.
  • La cure alternée est une bonne alternative : elle consiste à faire une mono-diète 1 jour par semaine pendant 2-3 mois, ou plus. Elle est à mi-chemin entre la cure de détox et le drainage.

.

Et après : La cure de revitalisation 

Après le drainage ou la détox de printemps, il est recommandé de recharger les batteries (vitamines, minéraux et autres antioxydants) en faisant une cure de revitalisation. On instaure encore une fois le régime hypotoxique, complété par des aliments qui rechargent les batteries en vitamines, minéraux et antioxydants. On ajoute notamment : des graines germées, des jus de légumes, des jus verts (spiruline ou herbe de blé ou d’orge), du pollen, du poisson gras (3 par semaine), de bonnes huiles (olive/noix/amandes/noisettes), plus de cru, et pour les nerveux l’indispensable magnésium. En fonction de leur constitution/tempérament, certaines personnes pourront également faire appel à certains compléments alimentaires de qualité (comprimés de jus d’herbe comme le Green Magma, pollen frais ou sérum de Quinton).

Pour finir, je dirais que le plus important, plus que la méthode (drainage, détox…), c’est ce que l’on fait à côté au quotidien : une alimentation saine et hypotoxique, une oxygénation et une activité physique régulière, une bonne hydratation, des moments de détente, de la bienveillance et du rire .

Bonne route vers la santé et la régénération printanière!

celineArticle rédigé par Céline Philippon
Naturopathe, Praticienne Shiatsu
ccphilippon@gmail.com

2 thoughts on “Les cures de printemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *