Monsanto et ma santé

Tout le monde a entendu parler au moins une fois de Monsanto, le géant de l’industrie agro-alimentaire spécialisé dans la chimie et les OGM. Oui mais que savons-nous exactement ? Suite à l’appel au boycott par de grands chefs Français, Begin Mag a enquêté afin de comprendre ce qu’il y a dans nos assiettes et évaluer les risques pour notre santé. 

.

Monsanto en quelques mots

Monsanto Company est une entreprise américaine fondée en 1901 par John Francis Queeny, spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Leur crédo  » produire plus, préserver plus, améliorer la vie des agriculteurs  » met en avant leur volonté de développer une agriculture durable en préservant l’avenir de la planète. Monsanto est le premier producteur de semences, de produits phytosanitaires et d’organismes génétiquement modifiés (OGM), mais c’est avant tout une entreprise de chimie industrielle.

Petit retour sur l’évolution de la société :
1901 : fabrication de saccharine pour coca-cola, puis caféine et vanilline
1918 : Monsanto devient le 1er producteur d’aspirine
1929 :  développement du caoutchouc et des phosphates
1940 : Monsanto effectue des recherches sur l’uranium pour l’armée américaine
1945 : production d’herbicides et insecticides, désherbants et produits chimiques
1950 : développement des fibres acryliques
1970 : développement de l’herbicide Roundup
1980 : Monsanto se lance dans la biologie moléculaire et crée les p1eres plantes génétiquement modifiées
1990 : commercialisation d’hormones de croissance pour les animaux
1993 à 2016: commercialisation de semences et de produits OGM (maïs, soja, colza,  coton…)

.

Des OGM dans notre assiette

Il est reproché à Monsanto par de nombreuses associations (dont Greenpeace) la commercialisation d’OGM agricoles, suspectés de nuire à l’environnement et d’être nocifs pour la santé humaine.

ogmQu’est-ce qu’un OGM ?
C’est un organisme vivant créé artificiellement par manipulation génétique de la main de l’homme. Cela consiste à prélever un ou plusieurs gènes d’un organisme vivant (virus, bactérie, animal, végétal) pour l’intégrer dans le patrimoine génétique d’un autre organisme. C’est ce que l’on nomme aussi la transgenèse. Par exemple, on prélève un gène de bactérie pour l’introduire dans le maïs afin qu’il produise un pesticide.

Quels sont les risques ?
« Les risques écologiques sont irréversibles et encore très mal évalués. Parmi ces dangers, citons la perte de biodiversité, l’augmentation de l’utilisation des pesticides, l’apparition d’espèces envahissantes, l’élimination des insectes et autres organismes bénéfiques. Les risques sanitaires à long terme sont méconnus (risques d’allergie, augmentation de la résistance aux antibiotiques, etc.) » selon  Greenpeace et certains chercheurs comme ceux du  CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendante sur le Génie Génétique).

MAIS une autre partie de la communauté scientifique estime que ces recherches ont été mal menées et ne répondent pas aux critères scientifiques. Nombreux sont ceux qui clament que les OGM sont victimes d’idées reçues :  « les plantes OGM produisent une protéine qui, comme les quelques dizaines de milliers de protéines dont se nourrissent les hommes et les animaux, ne sont ni toxiques, ni allergéniques et sont diététiquement acceptables. Ces plantes OGM permettent de diminuer l’utilisation des pesticides qui sont souvent très toxiques. Les OGM représentent un formidable espoir incluant la production de denrées alimentaires dans des pays où la malnutrition sévit, la protection de l’environnement, la biodiversité, …. » selon le site de l’AFIS.

.

Une liste de produits et une seule question

Il faut savoir qu’en France, malgré une réglementation plutôt drastique comparée aux autres pays, seuls les produits contenant plus de 0.9 % d’OGM sont obligés d’être étiquetés. Cela signifie que des organismes transgéniques peuvent être présents à l’état de traces (en grande ou petite quantité) et non signalés dans certains produits transformés comme les huiles de soja, les corn-flakes, ou encore les sauces… La liste suivante illustre parfaitement cette problématique car les marques mentionnées utilisent des produits Monsanto pour certaines de leurs productions, et donc tous les produits ne contiennent pas forcément des OGM ou du glysophate.
La question est : lesquels ?

Boissons

  • Coca-Cola: Coca-Cola, Fanta, Dr Pepper, Minute Maid…
  • Les jus de fruits Capri-Sun et Topricana
  • Le boissons Ocean Spray, les sodas Pepsi-Cola, Seven Up, Schweppes
  • Les thés Lipton et les cafés Maxwell
  • Le lait Gloria de la firme Nestlé

Produits sucrés

  • Les chocolats Poulain, Lindt, Côte d’Or, Dam, Milka, Suchard et Toblerone
  • Les biscuits Lu, Oreo, Cadbury et les cookies Pepperidge Farm
  • Les produits Brossard et Savane
  • Les bonbons Carambar, Krema et La Vogienne
  • Les chewing-gums Hollywood et Malabar
  • Les barres de chocolat Bounty
  • Les glaces Häagen Dazs, Miko et Ben & Jerry’s
  • Les céréales Kellogg’s, parmi lesquelles Special K, Trésor, Miel Pop’s, Frosties ou encore All Bran
  • Les yaourts Yoplait

Produits salés

  • Les chips Lay’s, Pringles et Doritos.
  • Les biscuits apéritif Benenuts et Bahlsen.
  • Les spécialités fromagères Philadelphia.
  • Les plats préparés Marie, Findus, Tipiak.
  • Les pains Jacquet.
  • Les soupes et bouillons Liebig, Knorr, Royaco, Alvale.
  • Les préparations mexicaines Old El Paso.
  • Les sauces Heinz, Amora, Benedicta.
  • Les produits Uncle Ben’s.

Hygiène et entretien

  • Les couches pour bébé Pampers
  • Les protections féminines de la marque Always
  • Les gels douche, shampooings et déodorants Pantene, Axe, Monsavon, Dove, Rexona et Timotei
  • Les dentifrices Signal
  • Les produits nettoyants Cif, Omo, Dash, Skip, Cajoline et Sun
  • Les désodorisants Febreze

 

.

Y a t’il des raisons de craindre pour notre santé ?

Il existe d’autres entreprises agro-alimentaires et sûrement d’autres scandales ou polémiques, mais Monsanto a subi plusieurs procès sanitaires, il y a donc de quoi se poser des questions.
Par exemple, le plus célèbre procès concerne « l’Agent Orange« , un herbicide produit par Monsanto et utilisé par l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam afin de défolier les forêts, détruire les récoltes et empêcher les guérilleros Vietnamiens de s’y cacher. Selon la Croix-Rouge, environ un million de personnes souffrent des conséquences d’intoxications aiguës imputées à la dioxine, composé chimique hautement toxique présent en masse dans le défoliant. Les conséquences : maladies de la peau, défaillances du système immunitaire, cancers, problèmes neurologiques et naissance de 150 000 enfants Vietnamiens souffrant de sévères malformations congénitales.

pcbLa compagnie est responsable d’une pollution massive au PCB (le polychlorobiphényles est un isolant chimique utilisé dans les moteurs, peintures, adhésifs…) à cause des eaux contaminées qu’elle a rejetées pendant près de 50 ans dans la nature.  Peu biodégradables, ces molécules s’accumulent progressivement dans les sols et les sédiments, puis dans les tissus graisseux de l’organisme. L’homme se contamine ainsi par l’ingestion de viande animale, du poisson et des produits laitiers et… le PCB finit dans le lait maternel !
Une exposition à forte dose peut entraîner  irritations de la peau,  infections neurologiques, bronchites, maux de tête, vertiges,  dépressions,  troubles de la mémoire,   nervosité et fatigue, impuissance et plus grave encore, les PCB sont cancérigènes et ont des effets sur le foie, la fertilité et la croissance. Depuis 1987, ces substances ne sont plus ni produites ni utilisées dans la fabrication d’appareils en France.

Monsanto fait aussi l’objet de critiques concernant la commercialisation d’hormone de croissance bovine, augmentant la production de lait de 15 % mais également de pus dans le lait des vaches, qui doivent alors être traitées en permanence avec des antibiotiques qui se retrouvent finalement dans le lait vendu pour la consommation. Glauque, non ?

« Roundup », l’herbicide le plus utilisé au monde, se retrouve au cœur d’une polémique et d’un débat entre experts : la molécule principale de ce produit, le glyphosate, est une substance irritante, perturbateur endocrinien et surtout « soupçonnée d’être cancérigène tout comme le  « Lasso », un autre herbicide qui est d’ailleurs interdit de vente en France depuis 2007, suite à la grave intoxication d’un agriculteur (celui-ci intenta un procès à Monsanto et le gagna).

 

.

Prise de conscience

INFO ou INTOX ? Comment pouvons-nous savoir si effectivement tel ou tel produit est bon pour nous puisque, comme le soulèvent de nombreux scientifiques (dont certains appartiennent – et sont rémunérés – par ces industries agro-alimentaires), il s’agirait d’un  problème de communication et d’explications données à la population, qui n’a pas les moyens et les outils pour comprendre cette technique et ses bienfaits?

Démêler le vrai du faux est complexe pour nous, petit consommateur lambda, alors quitte à analyser les produits, analysons la situation : d’un côté Monsanto qui est pointé du doigt, critiqué, impliqué dans de nombreux procès et responsable de pollutions massives, les enjeux politico-économiques, la guerre des lobbys, (etc) et d’un autre, aucun « mouvement » pour soutenir les OGM, peu de communication, aucune analyse pour la santé sur le long-terme, hier des chefs Français invitant au boycott de Monsanto avec une lettre ouverte à l’invasion de l’agrochimie dans nos assiettes,  aujourd’hui, 60 millions de consommateurs qui publie un article sur le glysophate contenu dans les couches pampers…
Et demain ?

rr

Allons-nous attendre 50 ou 60 ans pour voir les résultats sur notre corps (de cobayes) ?
N’avons-nous pas déjà quelques éléments de réponses ?
N’est-il pas temps d’avoir une prise de conscience personnelle et de masse, afin que davantage d’études, de tests et d’analyses soient réalisées et communiquées ?

En attendant, vous connaissez le vieil adage « il vaut mieux prévenir que guérir » et bien nous croyons que c’est encore le chemin le plus sûr…

 

 

 

Sources :
France info
caminteresse
developement-durable.gouv
actu-environnement
BRGM ministère de l’écologie
le monde
info ogm
greenpeace
france24
criigen.org

www.pseudo-sciences.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *