Quand bien manger rend heureux

La diététique tient une place centrale dans la Médecine traditionnelle chinoise (MTC). Avant de proposer des traitements d’acupuncture ou de pharmacopée, une bonne santé s’entretient grâce à une bonne alimentation.
.

En mangeant, je me fais du bien trois fois par jour

D’après Isabella Obrist, auteur de Petit ventre heureux aux éditions Guy Trédaniel, il existe trois manières de se nourrir : l’alimentation, la respiration et la pensée. En bonne pédagogue, elle a à cœur de nous donner les clés d’une vie plus saine et plus légère. Loin d’être dogmatique, elle prône le juste équilibre entre une bonne alimentation (70%) et le plaisir (30%).

La valeur énergétique d’un aliment se trouve d’abord dans sa valeur thermique : cet aliment va t-il augmenter ou diminuer la température de mon corps ? Elle réside aussi dans les conditions (où, quand et comment) de sa croissance et dans l’impact qu’il a sur l’organe sur lequel il va agir.

bien manger

Pour avoir une bonne santé, il s’agit donc d’abord de mettre en place une bonne hygiène de vie alimentaire. Dans son cabinet, Isabella a récemment reçu une femme qui souhaitait faire un enfant et lui demandait un traitement en pharmacopée. Isabella a pu constater que son régime alimentaire n’était pas bon. Elle a donc commencé par le rééquilibrer pendant trois mois. La nutrition du corps et de l’esprit (du cerveau) se fait à partir du bol alimentaire. C’est la qualité du sang (surtout pour les femmes) et la bonne circulation du Qi (l’énergie vitale) qui vont êtres déterminantes pour la régulation de notre système.

On a perdu le côté humble des choses. J’aimerais que l’on puisse y arrive par le plaisir et non par la contrainte.

La différence fondamentale entre les chinois et les occidentaux, c’est que les premiers travaillent en prévention et considèrent que si l’on s’intègre dans le monde qui nous entoure, on peut marcher avec lui. A l’inverse, les occidentaux semblent avoir pris le parti de faire marcher la nature au pas de l’homme. Nous avons perdu le bon sens en pensant que la révolution industrielle nous autorisait à nous opposer à la loi naturelle (comme construire dans l’axe Nord/Sud pour des raisons de chauffage et réfrigération ou encore consommer des produits locaux).

La MTC ne naît pas d’une réflexion théorique mais bien de l’observation de ce qui nous entoure, tout comme le Feng Shui. Aujourd’hui, elle n’est plus considérée comme « bizarre », même si elle n’est pas complètement reconnue. Elle trouve sa place car le juste milieu se perd parfois dans la médecine occidentale, dont on a par ailleurs absolument besoin. Là où cette dernière va dans le détail, la MTC garde la vue d’ensemble. Elles sont donc complémentaires. On parle de médecine intégrative.

.

Se soigner aussi selon la saison

La MTC est basée sur la théorie des 5 éléments déclinés par organe et par saison. Au printemps, l’organe le plus sollicité est le foie (et la vésicule biliaire). Il est associé à l’élément « bois » et à la saveur acide. Il assure la libre circulation dans le corps. Au niveau émotionnel, c’est à la colère que le foie est relié.

teaserbox_25610408L’été est la saison du cœur et de l’intestin grêle dont la mission est de faire le tri. C’est l’élément « feu » qui est en jeu à travers la saveur amère et le sentiment de joie.

Faisons ici une halte à l’intersaison, celle qui relie chaque saison entre elles : c’est le moment de l’élément « terre » et de la saveur douce (celle des céréales). L’estomac qui transforme les aliments et la rate qui aide à les transporter dans le sang en sont les organes clés.

teaserbox_25610374L’automne est associé à l’élément « métal », à la tristesse, aux poumons et au gros intestin. Ce dernier réchauffe et fait circuler les aliments. La saveur piquante des épices et piments l’aide dans cette mission.

Enfin l’hiver est la saison du salé (le sel ayant la propriété de ramollir ce qui est dur), celle qui fait travailler les reins et la vessie. Elle est associée à l’élément « eau » et à la peur. Bon à savoir : dents et os dépendent de la bonne santé des reins.

.

Les petits trucs en + d’Isabella :

  • Ne pas faire de régime ! Car la contrariété nuit au foie, qui lui-même crée de la tension et agresse le système digestif. Au final on mange plus de sucre croyant calmer tout ce petit monde.
    .
  • Si vous vous sentez fatigué après le repas, c’est que la digestion demande trop d’énergie. Afin de les digérer, le corps doit mettre les aliments à notre température, c’est-à-dire environ 37,2°. L’estomac agit comme un chaudron en transformant les aliments en « soupe digestive ». Essayez donc de ne manger ni trop chaud ni trop froid (ou trop cru). Si après avoir mangé une salade à midi, vous avez le ventre ballonné et vous sentez fatigué, c’est que cela ne vous convient pas. Ecoutez votre corps !
    .
  • Quand on a envie de sucré, c’est en fait de céréales, de légumineuses et d’aliments de couleur orange dont notre corps a besoin car ils nourrissent les muscles. Il est donc recommandé de les trouver à chaque repas dans notre assiette, en particulier le matin et le midi.
    .
  • Le thé noir et le thé vert rafraîchissent le corps et l’éveillent. Ils sont recommandés le matin. Le thé vert aide à lutter contre les toxines et radicaux libres, alors que le thé blanc d’une grande pureté semble être le plus réputé contre le cancer.
    .
  • Surtout, prenez du plaisir à cuisiner ! Mobilisez tous vos sens et la famille. Faites participer les enfants dès que possible pour découper les légumes et créer des petits événements autour de la préparation du repas pour en faire une fête.
    .
  • Pensez à agrémenter vos plats d’aromates (par exemple le concombre, froid, se réchauffe auprès de l’aneth, ou encore le laurier et la sarriette dans la cuisson des lentilles et des haricots facilitent la digestion) et à jouer sur les couleurs pour que les yeux « mangent » aussi.
    .

978_2_8132_0635_0_UNE_185_276_1381525201Les projets d’Isabella :

« Je cherche des lieux « open kitchen » où je pourrais cuisiner avec d’autres personnes pour un moment de convivialité. Je rêve de trouver un endroit pour y faire mes consultations, donner des cours de Qi Gong… et faire la cuisine une fois par semaine pour (ré)apprendre aux gens à cuisiner.
Et je vais donner un petit frère à Petit ventre heureux. »

.

 

.

Isabella ObristIsabella Obrist
Thérapeute en Médecine Traditionnelle Chinoise
Auteur
www.petitventreheureux.fr

3 thoughts on “Quand bien manger rend heureux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *